Physicien, mathématicien, ingénieur et médecin

Le physicien est persuadé, dit le mathématicien, que 60 est divisible par tous les nombres. Il remarque que 60 est divisible par 1,2,3,4, 5 et 6. Il vérifie quelques autres nombres, par exemple 10, 15, 20 et 30, pris, comme il dit, au hasard. Comme 60 est divisible par eux aussi, il estime que les données expérimentales sont suffisantes.

Mais vois l'ingénieur, répond le physicien. Il soupçonne que tous les nombres impairs sont premiers. En tous cas, 3, 5 et 7 sont incontestablement premiers. Vient ensuite 9, cas regrettable, 9 n'est apparemment pas un nombre premier. Mais 11 et 13 le sont. Revenons à 9, dit-il. J'en conclus que 9 doit etre une erreur d'expérience.

Mais, dit l'ingénieur, regardez le médecin. Il permet à un urémique sans espoir de manger du pot-au-feu, et le malade guérit. Le médecin écrit un ouvrage scientifique affirmant que le pot-au-feu guérit l'urémie. Puis il donne du pot-au-feu à un autre urémique, et le malade meurt. Alors le médecin corrige ses épreuves : "Le pot-au-feu est salutaire dans 50% des cas".

Oh ! le mathématicien, dit le médecin. A la question "Comment attraper un lion dans le désert ?" il répond : "Que signifie attraper un lion ? Celà veut dire se séparer du lion par une grille. Il suffit de se mettre derrière la grille et le lion se trouve, par définition, attrapé. !

I. Kourguine, Des Mathématiques partout..., Editions Mir, Moscou 1972.


Retour à ma page d'accueil