THE GRANDEUR THAT WAS ROME (Ulysses, II)

— What was their civilisation ? Vast, I allow; but vile. Cloacae, sewers. The Jews in the wilderness and on the mountain top said : It is meet to be here. Let us build an altar to Jehovah. The Roman, like the Englishman who follows in his footsteps, brought to every new shore on which he set his foot... only his cloacal obsession. He gazed about him in his toga and he said : It is meet to be here. Let us construct a watercloset.

Je me décide finalement à donner la traduction supervisée par Valéry Larbaud.

— Que fut leur civilisation ? Grande, je l'accorde; mais vile. Collecteurs; égouts. Dans le désert et sur le sommet de la montagne les Juifs disaient : Il est bon d'être ici. Élevons un autel à Jéhovah. Le Romain, comme l'Anglais qui a marché sur ses traces, apportait partout où il mettait le pied ...

cette unique obsession de l'égoût. Drapé dans sa toge il regardait autour de lui et disait : Il est bon d'être ici. Construisons un water-closet.

Il y a depuis peu (été 2004) une nouvelle traduction française coordonnée par Jacques Aubert. Pour ce passage, je préfère Valery Larbaud. A vous de juger :

— Que fut leur civilisation ? Grande, je vous l'accorde : mais vile. Cloacae : égouts. Les juifs dans le désert et au sommet de la montagne dirent : Il est juste d'être ici. Bâtissons un autel à Jéhovah. Le Romain, comme l'Anglais qui le suivit à la trace, n'apporta sur chaque nouveau rivage sur lequel il posait le pied ...

que son obsession cloacale. Il regardait autour de lui drapé dans sa toge et disait : Il est juste d'être ici. Construisons un water-closet.

Il existe un certain nombre de sites dédiés à Joyce. Celui-ci par exemple donne des liens hypertexte avec l'Odyssée.

Le livre de Laure Murat, Passage de l'Odeon , qui relate la passionnante aventure éditoriale et personnelle de Sylvia Beach, qui fit paraître Ulysses, et d'Adrienne Monnier, qui s'occupa de la traduction française, est reparu récemment en collection de poche (folio 4226)

Pour un poème de jeunesse de James Joyce

Retour à ma page d'accueil